Cette année, j’ai participé à l’hôpital des nounours. L’objectif est de dédramatiser l’hôpital chez les enfants. Pour cela, ils amènent leur « nounours » à l’hôpital pour le faire soigner. Ils vont pouvoir aller voir le nounoursologue, le radiologue, le chirurgien, les pharmaciens, les kinésithérapeutes, les orthophonistes et on même activer la sirène de l’ambulance (génial, quand on a cours dans le bâtiment juste à côté)

Evidemment, en tant qu’étudiante en orthophonie, j’étais au stand : orthophonie. Seulement, il y avait juste un détail qui clochait….

  • Bonjour, comment tu t’appelles ?

  • Marcel

  • Et ton nounours ?

  • Nounours

  • Oh ! C’est original ! Et qu’est-ce qui lui est arrivé ?

  • Il s’est cassé la jambe !

  • Oh et ça y est ça va mieux ?

  • Oui, il est guéri

  • D’accord et est-ce qu’il sait parler Nounours ? Pirouette pour aborder le thème du langage car qu’on se le dise il n’y a aucun rapport entre une jambe cassée et l’orthophonie…

  • Oui, il parle ! Vlà un Nounours qui parle… Je suis censée faire du lien moi. Bon j’pourrais bien parler d’une théorie comme quoi il existe une chaîne musculaire linguale qui relie la langue au gros orteil mais j’ai peur de l’embrouiller.

  • Ok, alors moi je suis l’orthophoniste, c’est pour apprendre à parler, à écrire, à manger…. J’me déteste, j’suis en train de perpétrer le gros cliché de l’orthophoniste qui apprend à parler aux enfants. J’ai envie de me donner des claques.

  • Tu veux faire des bulles ? Bon, arrêtons de se voler la face, tu es venu là juste pour faire des bulles. Pourquoi s’embêter à trouver un prétexte ? 

Je glisse tout de même un « C’est pour travailler le souffle » par conscience professionnelle.

  • Ok, maintenant on va faire des grimaces devant le miroir. « C’est pour vérifier que ta langue et tous les muscles de ton visage bougent bien. »  Oui alors, on a totalement oublié le nounours. T’façon, comment le nounours il fait des grimaces ?

Je m’extasie devant chaque grimace ;  » Super ! Wouah trop fort ! »

  • Bonjour, comment tu t’appelles ?

  • Gustave

  • Et ton nounours ?

  • Non mais c’est bon, lui il est guéri.

  • Ah et il avait quoi ?

  • Il avait un bébé dans le ventre.

  • Ah mais tu sais que l’orthophoniste peut s’occuper des bébés !

  • Est-ce qu’il tête bien ?

  • Oui, il est guéri.

  • D’accord.

  • On peut faire un mémory ?

  • Bon d’accord

J’abdique mais je glisse quand même un « C’est pour travailler la mémoire » par conscience professionnelle.

  • Bonjour, comment tu t’appelles ?

  • Apolline

  • Et ton Nounours ?

  • Raiponce

  • Oh comme la princesse ! J’avoue, je bluffe, je ne connais pas cette princesse.

  • Et qu’est-ce qui lui est arrivée ?

  • Elle a été empoisonnée.

  • Oh mais elle est guérie maintenant ?!

  • Oui

  • Et est-ce qu’elle a un peu de mal à manger ? On sait jamais, ça peut marcher sur un malentendu.

  • Non, ça va. Evidemment

  • Tiens, je te donne 3 petites images et on va les remettre dans l’ordre de l’histoire.

Je me rends compte que je ne comprends rien à l’histoire…

  • Est-ce que tu peux me raconter ?

  • Alors c’est un chat qui pêche. Et il est pas content, y a pas de poisson. C’est une chaussette.  Ah d’accord !

  • Bonjour, comment tu t’appelles ?

  • Jules

  • Et ton nounours ?

  • Stitch

  • Stick ?

  • Non sticth

  • Ah Stitch J’aurais dû m’en douter, c’était une peluche Stitch. Je suis bête…

  • Et qu’est-ce qui lui est arrivé ?

  • Il s’est fait écraser par une voiture.

  • Ah Mince et ça va mieux ?

  • Oui, il a un plâtre.

  • Ok, alors j’ai des pailles de différentes longueurs et tu vas devoir les remettre dans l’ordre, du plus petit au plus grand. Je ne fais plus d’effort.

  • Quand on meurt, on va au Paradis ?

  • Oui Je respecte les croyances religieuses de chacun.

  • Et au Paradis ! On a tout ce qu’on veut et on retrouve tous les morts. J’suis pressée d’aller au Paradis !

  • Mais bon, le problème c’est que si on meurt, on peut pas ressusciter après.

  • Bah, oui c’est pour ça qu’il vaut mieux rester le plus longtemps possible en vie.

Et vous qu’auriez-vous répondu ?

On avait eu une mini formation pour parler de la mort avec les enfants une semaine avant. On nous avait dit qu’il ne fallait pas employer d’images comme « quand on meurt, on va au ciel » parce que ça pouvait être angoissant de s’imaginer un ciel remplit de cadavres…

femme sur rail train

Publicités

2 réflexions sur “L’hôpital des nounours

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s